Les galeries hurlantes

Couverture Les Galeries hurlantes

Titre : Les galeries hurlantes

Saga : Alan Lambin

Tome : 3

Auteur: Jean-Marc Dhainaut

Editeur: Taurnada

ISBN : 9782372580564

Pages : 224

Date de publication française : 4 juillet 2019

Résumé :  Karine, dix ans, joue avec un ami imaginaire. Tout ce qu'elle sait, c'est son âge et qu'il n'aime pas Alan Lambin, le spécialiste en paranormal que son père, désemparé et dépassé par une succession de phénomènes étranges, a appelé à l'aide. Et si l'origine de tout cela se trouvait dans les anciennes galeries minières existant toujours sous ce village du Nord ? Le seul moyen d'accéder à ce dédale oublié de tous serait les sous-sols d'un hôpital abandonné et hanté par le souvenir de tous ceux qui y laissèrent leur vie, un matin d'hiver, treize ans plus tôt.

Du même auteur : La maison bleu horizonLes prières de sang, Alan Lambin et le fantôme au crayon, Alan Lambin et l'esprit qui pleurait

Début du livre :"Dehors, les landes sauvages et grandioses de la Bretagne s'étaient couvertes de rosée, de cette rosée parfumée de sel, d'Histoire et de légendes. Sur les récifs, les cormorans se régalaient, alors qu'au large, des marins sur leurs chalutiers priaient pour que la pêche soit fructueuse, pendant que le son de la bombarde et de la cornemuse résonnait dans certaines maisons. "

 

Tout d’abord je remercie les éditions Taurnada pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

Nous retrouvons Alan Lambin dans ce troisième tome où il enquête seul. Notre chère Mina ne l’accompagne pas cette fois-ci et c’est un Alan face à ses doutes que nous découvrons là. Il est partagé entre les faits dits scientifiques mais aussi son propre don qu’il devrait bien finir par accepter ou pas. Il se heurte aussi à Étienne qui, au bord de la crise de nerfs, a du mal à croire que sa famille est hantée.

Tous les aspects de l’horreur sont bien présents : l’ami imaginaire de la petite, les bruits de pas dans l’escalier, la "vieille folle", un massacre, une tragédie. Le décor est posé et l’auteur réussit à nous surprendre à chaque avancée de l’enquête. L’auteur aborde ici un côté qu’il n’avait pas traité (du moins pas que je me rappelle) : la paralysie du sommeil. Un vaste sujet très intéressant et qui apporte énormément à l’histoire. Cette histoire nous amène de découverte en découverte avec du frisson mais aussi de la tristesse. L’auteur réussit avec brio à conjuguer les deux. La petite séance d’urbex d’Alan est vraiment flippante et captivante. Un point que j’ai beaucoup apprécié est le sens des réalités de Karine. Il est rare de voir une petite de 10 ans avoir conscience que son ami imaginaire et sa mère qu’elle entend sont des fantômes. Pour elle c’est un fait et on apprend à vivre avec.

L’écriture de l’auteur est un réel plaisir. Il sait nous faire frissonner et nous laisse avec une sensation d’inachevé pas désagréable. Je voudrais aussi le féliciter pour l’ascenseur émotionnel qu’il nous a fait à la fin. Bravo. Il va être dur d’attendre la suite.

 

" Étienne ne put terminer sa phrase, immédiatement interrompu par sa fille : « Ça ? Mais c’est Maman ! 
– Vraiment ? s’étonna Alan. Et que fait-elle ? 
– Ben, elle coud. 
– Elle coud ? Je peux la voir ? Tu peux lui dire de descendre ? demanda-t-il en interrogeant son père du regard. 
– Non, ça sert à rien ! répondit la fillette. 
– Mais pourquoi ça, elle a beaucoup de travail ? 
– Ben non, mais elle est morte
."

Le pour

  • L'histoire
  • La mythologie qui se met en place

  • L'évolution d'Alan

Le contre

  • Je n'en vois pas

 

Pour conclure,

J’ai retrouvé des aspects de mon film préféré à savoir Conjuring. Je vous laisse réfléchir au lien possible. On dévore cet ouvrage sans réussir (vouloir) à s’arrêter. Un seul conseil : ne le débuter pas à 23h, vous y seriez encore à 1h du mat. Et, lire ce roman seul de nuit n’est pas la meilleure des idées.

Ma note : 5/5

Let's go pour une prochaine lecture!

Ajouter un commentaire

 
×