Moana T.1

Couverture Moana, tome 1 : La saveur des figues

 

Titre : Moana - La saveur des figues

Saga : Moana

Tome : 1

Auteur: Silène Edgar

Editeur: Castelmore

ISBN : 9782362312403

Pages : 281

Date de publication française : 14 mars 2018

Résumé :  La Polynésie où vit Moana est désormais couverte de neige.
Et le monde, en proie à un terrible refroidissement, doit être repeuplé de toute urgence. C'est pour cela que Moana devra bientôt se marier et avoir des enfants. Mais Moana a un secret, son arrière grand-mère, Mémine, qui reste cachée à la maison pour ne pas être envoyée comme tous les anciens dans une maison du souvenir. Mémine raconte à Moana sa jeunesse, et comment était le monde, avant la terrible catastrophe.
C'est probablement ce secret qui donnera la force à Moana de refuser sa vie toute tracée et de partir à l'aventure...

"La maîtresse nous apprend ces vieilles chansons pour que nous n'oubliions pas nos ancêtres. Elle les a appris elle-même de sa grand-mère avant qu'elle soit envoyée aux maisons du souvenir. Mais, d'après Mamie, elle n'a pas le droit de faire ça ; pour le gouvernement, la transmission des traditions est une perte de temps dans une époque où nous en avons si peu. C'est pour ça que les anciens sont enlevés."

Tout d’abord je remercie les éditions Castelmore et Netgalley pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

Moana est une réédition de la saga de 2010 aux éditions du Jasmin. Selon la note de fin, ce serait un cadeau fait par les éditions Castelmore pour les 4x10 ans (c’est l’autrice qui le dit) de Silène Edgar. Et on les remercie pour ça. L’avantage de cette réédition est qu’il y a eu "à peine" deux mois d’attente entre chaque tome. Je tiens à féliciter le/la graphiste pour cette magnifique couverture. C’est elle qui m’a attiré vers le livre. On n’imagine pas en la voyant qu’il s’agit d’une dystopie jeunesse. Et pourtant c’est bien d’une dystopie dont il s’agit.

L’histoire part d’un postulat simple et classique des dystopies : catastrophe climatique, perte des 3/4 de l’humanité. Ce qui change c’est la volonté du gouvernement de faire beaucoup d’enfants. On vous donne plus de rations et de reconnaissance si vous faites plus d’enfants. Un mariage d’amour, mais sans enfant obligera le couple à se séparer pour tenter de faire des enfants avec d’autres personnes. C’est dans cette ambiance qu’évolue Moana. Elle va bientôt avoir ses règles et va devoir se marier. Autour d’elle les choix de son futur mari ne sont pas glorieux. Mais Moana a une capacité hors norme : elle retient pratiquement tout ce qu’elle entend. Résultat elle est sélectionnée pour aller dans la capitale entreprendre des études d’architectes. Mais la famille de Moana cache aussi un lourd secret : son arrière-grand-mère vit toujours avec eux. Pourquoi est-ce un secret? Eh bien, car une fois la soixantaine arrivée les anciens sont envoyés dans la capitale dans la Maison du souvenir. C’est cet aspect que j’ai beaucoup aimé. C’est une nouveauté par rapport aux autres dystopies que j’ai pu lire et qui se ressemble un peu toute à force. De plus, poser son action en Polynésie est assez exceptionnelle pour en parler. C’est la première fois que je vois ça. Il y a quelques mots de vocabulaire de là bas qui nous ancrent plus dans l’ambiance.

Nous rencontrons une slave de personnages au caractère plus différent les uns des autres, mais il y en a un qui m’a particulièrement touché c’est Pierre. Son amour des livres est immense et tellement plaisant. On se retrouve totalement en lui. Moana est un peu agaçante parfois, mais il faut alors se souvenir que ce n’est malgré tout qu’une enfant. Chose rare dans un livre j’ai eu les larmes aux yeux grâce au personnage de Mémine. Le passage en question aura été à la tv j’aurai fondu en larmes (pour ceux qui ont lu le livre c’est dans l’avant dernier chapitre, je crois). Rien que pour avoir ce moment d’émotion, cela vaut le coup de lire ce roman. C’est très beau et très bien tourné. Bravo à l’autrice. Pour le reste il ne faut pas oublier que c’est un livre jeunesse. Cela se ressent, mais ce n’est pas du tout gênant. Du fait que c’est un livre jeunesse, les "méchants" ne sont pas tellement accentués. On aurait pu aller plus loin notamment dans l’école. Mais bon je pense que c’est mon côté lectrice d’horreur qui ressort.

" Bienvenue dans l'antre de Chris Montagne, dit-il, autoproclamé dernier bibliothécaire du monde habité, et de Pierre Petitjean, son fidèle ami et collaborateur..."

Le pour

  • Le personnage de Pierre
  • La scène émouvante de fin

  • L'aspect politique

Le contre

  • Pas assez d'aspect politique
  • Un peu trop court
  • Le passage à l'école (trop court pour moi)

 

Pour conclure,

J’ai eu la bonne surprise de voir qu’il y avait deux suites. Au départ cela m’a semblait bizarre étant donné que le livre se termine. On pourrait s’arrêter là sans souci. Du coup je vous recommande la lecture ce tome 1 de Moana. Vous n’êtes pas obligé de lire la suite, mais personnellement je vais continuer l’histoire pour voir l’évolution de ce monde. J’espère en apprendre plus sur la catastrophe et la politique gouvernementale.

 

Let's go pour une prochaine lecture!

 

Pour retrouver l’autrice c’est par ici :

Blog : https://augredemeshumeurs.blogspot.com/

Site officiel : http://lasaveurdesfigues.com/

Instagram : https://www.instagram.com/sileneedgar/

Facebook : https://www.facebook.com/sileneedgar/?ref=bookmarks

Twitter : https://twitter.com/So_Silene?lang=fr

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×