Destiny T.1

Couverture Destiny, tome 1

Titre : Destiny

Titre VO : Flawed

Saga : Destiny

Tome : 1

Auteur: Cecelia Ahern

Traducteur:  Christophe Rosson

Editeur: Hachette

ISBN : 9782013974240

Pages : 300

Date de publication française : 17 mai 2017

Résumé : Celestine North n’est pas une héroïne. Mais elle pourrait bien devenir le symbole d’un combat qui la dépasse.
Depuis la crise économique, la société a érigé de nouvelles règles. Celles de la Perfection. Tout individu Imparfait est jugé et marqué au fer rouge. Un I qui les condamne pour toujours à l’exclusion.
Celestine North est parfaite. Sage, belle et brillante. Elle a le petit ami dont rêvent toutes les filles : Art, le fils du juge Crevan, chef de la Guilde. Elle a prévu d’étudier les maths à l’université. Car c’est une fille de logique, de définitions, qui comprend les règles et les respecte.
Mais Celestine commet une erreur. Elle vole au secours d’un Imparfait. Ce qui est interdit.
Quelques heures plus tard, la Police est déjà devant sa porte. Une fois en prison, la voilà face à un dilemme  : mentir pour éviter d’être marquée Imparfaite, ou rester fidèle à son élan de solidarité en avouant qu’elle a bel et bien aidé un Imparfait  ? D’un côté, Celestine veut préserver sa famille et Art. De l’autre, elle a la conviction qu’elle n’a pas mal agi. Et surtout, il y a Carrick, ce mystérieux jeune homme, « Imparfait jusqu’à la moelle  », gardé dans la cellule d’en face et dont elle veut gagner le respect.
Qui Celestine North décidera-t-elle d’être le jour de son procès  ? L’héroïne résistante dont rêvent les Imparfaits  ? Ou le visage parfait de la société  ?

 

"À nos yeux, être Imparfait est une force, Celestine. Quand on commet une erreur, on en retire une leçon. Si on ne se trompe jamais, on n’apprend jamais rien."

 

Tout d'abord je remercie les éditions Hachette pour m'avoir fait découvrir cette petite merveille.

Dans cet univers futuriste mais en même temps très contemporain (utilisation des téléphones portables), notre héroïne, symbole de perfection, se retrouve à faire un choix : mentir pour ne pas devenir imparfait ou dire la vérité mais être imparfait. Et pour Célestine, jeune fille guidée uniquement par la logique, ce choix est totalement illogique. Voilà ce qui est agréable chez cette héroïne : sa logique. Tout ce qu’elle fait est logique. Pour quelqu’un qui est porté sur la logique, il est très facile de s’identifier à ce personnage. En ce qui me concerne, je la comprenais parfaitement. Le personnage de Carrick est très intéressant aussi. Il est mystérieux mais pas ringard. Il n’y a pas (peut-être plus tard) pour le moment de triangle amoureux et ça, c’est très appréciable. Les triangles amoureux deviennent lassants à la longue. Mais ici il s’agit juste d’une compréhension mutuelle face à l’horreur de la situation.

Ce roman, classé pour adolescent, peut par certains aspects être même pour adulte. La tension monte crescendo jusqu’à son dénouement. On ne peut pas s’arrêter de lire tant l’avenir est incertain. La nouveauté dans cette dystopie est le fait que les imparfaits restent chez eux. Ils reviennent vivre leur vie d’avant avec des contraintes (nourritures différentes, place à part dans le bus, interdiction de regroupement, brassard annonçant leur imperfection). Tout cela nous rappelle plusieurs choses dans notre histoire mondiale : Rosa Parks et sa place dans le bus, l’étoile jaune désignant les juifs. L’aspect historique et politique de ce livre est présent mais pas lourd.

Tout cela fait que ce livre a été sitôt commencé, sitôt fini. 

En bref c’est un gros coup cœur porté par une plume très belle. Je n’avais jamais lu de livre de cette auteure qui a écrit surtout des comédies romantiques. Une reconversion réussie qui annonce du merveilleux pour la suite.

 

"Maintenant je comprends ce qui pousse les gens à lire, pourquoi ils aiment se perdre dans une autre vie. Parfois, à la lecture d'une phrase, je bondis, parce qu'elle exprime un sentiment que j'éprouve mais n'ose pas formuler. Je voudrais pouvoir dire aux personnages que je les comprends, qu'ils ne sont pas seuls, que je ne suis pas seule, qu'ils n'ont pas à rougir de leurs sentiments. Et puis la sonnerie retentit, je referme mon livre et retrouve la réalité.

« Pour qui a pris une mauvaise décision : c’est sur la tempe.
Pour qui a menti : la langue.
Pour qui a commis un vol : la paume de la main droite.
Pour qui s’est montré déloyal : le cœur.
Pour qui s’est écarté du droit chemin : la plante du pied droit. "

 

Du même auteur : PS : I love you, Tombée du ciel, 

Dans le même genre : La déclaration de Gemma Malley, Version Beta de Rachel Cohn

Ajouter un commentaire