Celle qui a tous les dons

 

Couverture Celle qui a tous les dons, tome 1

Titre : Celle qui a tous les dons

Titre VO : The girl with all the gifts, book 1

Saga : Celle qui a tous les dons

Tome : 1

Auteur: M.R. Carey

Traducteur: Nathalie Mège

Editeur: Livre de poche

ISBN : 9782253083504

Pages : 519

Date de publication française : 10 avril 2018

Résumé :  Tous les dons ne sont pas une bénédiction. Chaque matin, Mélanie attend dans sa cellule qu'on l'emmène en cours. Quand on vient la chercher, le sergent Parks garde son arme braquée sur elle pendant que deux gardes la sanglent sur le fauteuil roulant. Elle dit en plaisantant qu'elle ne les mordra pas. Mais ça ne les fait pas rire. Mélanie est une petite fille très particulière..

"Un grondement enfle en elle, au même endroit qui lui a fait faire un bruit de chaton il n'y a que quelques instants. Tu dois. il ne faut pas. Elle se débat contre une bête sauvage, et cette bête c'est elle. Donc elle sait qu'elle va perdre."

J'ai abordé cette lecture avec optimisme. J'avais beaucoup aimé le film qui est très beau pour un sujet comme celui là. Très vite on se rend compte que c'est presque mot pour mot le film. En lisant vite fait le mot de l'auteur à la fin on comprend qu'il s'agit de la novélisation du film par l'auteur du film elle même. Une fois cela mis en place on peut se concentrer sur les mots. Et ils sont bizarres ces mots. L'écriture est très prenante et colle parfaitement à ce type de récit. Mais après il y a des termes qu'on ne s'attend pas à trouver dans un roman qui plus est de post-apo. Je crois que c'est la première fois de toute ma vie de lectrice (une quinzaine d'année pour des livres "adultes") que je lis le mot coucougnette! Il faudrait que je vérifie en anglais pour voir si c'est dit aussi familièrement dans la version originale. Il faudra aussi vérifier si c'est une erreur de l'édition français mais dans un passage il y a erreur sur le nom d'un personnage. Je n'arrive pas à retrouver la phrase exacte mais cela donnait :

"Le soldat Gallagher entra dans la pièce et dit au docteur Gallagher. Ici il fallait mettre docteur Caldwell."

Au-delà de ces petites coquilles qui gâchent un peu la lecture penchons-nous sur l'histoire. Elle est passionnante. On suit les aventures de Mélanie qui est enfermée dans un bunker. On vient la chercher tous les jours pour l'amener à l'école, mais menottés sur une chaise. Très vite on comprend qu'en plus de ça ils sembleraient que nos chers enfants soient proches de ce que nous appelons des zombies. Mais voilà que la base est attaquée et que Mélanie s'échappe avec une poignet de spécimens humain : un soldat, son chef, l'institutrice et la docteur en chef. Plein de mentalités différentes. Plein de conflits. C'est vraiment novateur cette façon de raconter une histoire de zombie. Pour ceux qui connaissent on retrouve bien le jeu vidéo Last of us dedans.

Le personnage de Justineau (l'institutrice) m'a rapidement énervé. Elle se voile totalement la face et parfois on a l'impression qu'elle dit non juste pour le plaisir de contrarier et de dire différemment des autres. On peut comprendre la façon de penser du docteur Caldwell. C'est d'ailleurs l'éternel débat dans beaucoup de films et livres : sauver une personne pour en laisser mourir des milliers d'autres ou tuer une personne pour en sauver des millions.

Si je devais faire un reproche, en dehors des erreurs de traductions et d'édition, c'est le fait que c'est beaucoup, beaucoup trop proche du film. Quand on a vu le film avant on n'apprend pratiquement rien. On lit le film et c'est dommage. Il y avait du potentiel pour faire des différences.

Le pour

  • Le personnage de Mélanie

  • La façon de raconter cette fin du monde

  •  

"Toute cette forêt a grandi sur des restes de morts. C'est ici que les affams terminent après services rendus à l'infection qui a fait d'eux ce qu'ils sont. Mélanie y lit son avenir et l'accepte. Mais elle n'est pas encore prête à mourir avec tant de choses importantes à faire. "

Le contre

  • Un vocabulaire trop familier

  • Des erreurs d'éditions

  • Trop proche du film

Pour conclure,

Une excellente histoire malheureusement copié-collé du film. L'auteure aurait pu nous mettre des scènes inédites ou des personnages supplémentaires. Mais cela ne gâche pas cette histoire qui est superbe malgré les coquilles qu'on peut trouver.

Let's go pour une prochaine lecture!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×