La petite sirène

Couverture La petite sirène

 

Titre : La petite sirène

Saga : Les contes interdits

Tome : 9

Auteur: Sylvain Johnson

Editeur: Edition AdA

ISBN : 9782897867713

Pages : 262

Date de publication française : 11 octobre 2018

Résumé :  Un père alcoolique qui tente de noyer son enfant difforme.
Un couple de monstres de foires en cavale, poursuivi par un policier corrompu, au service d’un juge pervers.
Une magnifique sirène prisonnière des griffes d’un forain sadique et qui se lie d’amitié avec un garçon homard.
Une mystérieuse attraction montréalaise, le palais des nains, qui cache des abominations, d’absurdes personnages de cauchemars aux intentions machiavéliques.

Du même auteur : Bibliographie

Début du livre :"Le Dieu vengeur encore largement vénéré s'apprêtait à punir l'humanité en lui imposant un nouveau déluge, une catastrophe d'envergure à laquelle, cette fois, ne survivraient que les créatures aquatiques pullulant dans les profondeurs glacées."

J’ai ici découvert mon premier conte interdit. C’était la lecture de novembre du club de lecture Le chaudron des ténèbres. J’ai choisi La petite sirène un peu par hasard sans vraiment y réfléchir. Et ce livre est vraiment pour public averti. Les contes interdits ne vont pas dans toutes les mains.

La petite sirène c’est l’histoire d’une fille qui n’a pas de chance. Sa mère meurt en la mettant au monde. Son père, voyant sa difformité, décide la noyer et de se suicider après. Et voilà comment notre petite sirène entre dans le monde merveilleux du freak show grâce au médecin qui ne pouvait se résoudre à la laisser se noyer. Ce livre fait penser à la saison 4 d’American horror story notamment avec notre homme-homard, le seul ami d’Angie. Ce dernier ne peut que la regarder se faire violer presque jour après jour par des hommes qui payent le directeur du cirque sans rien pouvoir y faire. Je vous passe les différents détails mais voilà la première étape dans la vie horrible de notre petite sirène.

Nous passons vraiment d’horreur en horreur. Il n’y a presque pas de temps mort. Les scènes tantôt gore tantôt violentes se succèdent à un rythme soutenu à tel point que cela peut parfois donner la nausée. J’aime beaucoup les romans d’horreur mais là c’était vraiment trop. Trop de viol surtout. À croire que c’est la seule chose qu’on pouvait faire arriver à notre héroïne. Malgré ses petits défauts, ce livre est addictif. On veut savoir la fin. On veut savoir si Angie va s’en sortir, si elle va retrouver des jambes. Bref, oubliez le Disney. Ici rien à voir!

" Stephen King venait de libérer "Grippe-sou" dans cette résidence ; ne lui manquaient plus qu'un ballon rouge et un caniveau."

Le pour

  • L'histoire
  • Les péripéties toujours plus horrible

  • Des méchants impressionant

  • L'amitié entre Angie et Henry

Le contre

  • Certains passages assez flous
  • Ecriture un peu difficile parfois
  • Le français québecois

 

Pour conclure,

J’ai dévoré ce livre autant parce que j’avais envie de savoir la fin que parce que j’en avais assez de ce trop-plein de violence. Malgré tout, je reste contente de ma lecture et souhaite lire d’autres contes interdits. Mais d’abord, laissons passer quelques lectures plus soft avant.

Ma note : 3.5/5

Let's go pour une prochaine lecture!

Ajouter un commentaire

 
×