Bazaar

Couverture Bazaar

 

Titre : Bazaar

Titre VO : Needful things

Auteur: Stephen King

Traducteur: William Olivier Desmond

Editeur: Livre de poche

ISBN : 9782253151609

Pages : 889

Date de publication française : 2006

Résumé :  Castle Rock est une petite ville paisible du nord- est des Etats-Unis. La vie s'y déroule sans surprise jusqu'au jour où un étrange commerçant vient y ouvrir Le Bazaar des rêves. Chacun peut venir y acquérir l'objet de ses rêves, et pour trois fois rien. Un simple petit supplément est demandé à l'acheteur : de faire une farce à la personne de son choix. Histoire de rire...
Mais ces plaisanteries apparemment anodines vont provoquer des réactions en chaîne. La violence se déchaîne, la haine et la folie ne cessent de croître et, finalement, c'est toute la ville qui est bientôt à feu et à sang.
Qui pouvait réussir un tel exploit sinon le Démon ?

Du même auteur : Liste Livraddict

Début du livre :"Bien sûr. On vous y a déjà vu. Je n'oublie jamais un visage. Venez un peu par ici, qu'on se serre la main! Je vais vous dire quelque chose : je vous ai reconnu à votre démarche avant même d'avoir bien vu votre tête. Vous n'auriez pas pu choisir un meilleur jour pour revenir à Castle Rock. Est ce que c'est pas chouette, ici? L'ouverture de la chasse est pour bientôt ; tous les fous seront dans les bois à fusiller tout ce qui bouge et n'est pas habillé en orange fluo. Ensuite ce sera la neige et le grésil, mais pas avant un bon moment. Pour l'instant, on est en octobre, et à Castle Rock, on laisse traîner octobre aussi longtemps qu'il veut."

 

C'est actuellement ma deuxième lecture de Bazaar. Lecture que j'affectionne toujours autant.

Bazaar c'est un postulat très simple : vous trouvez l'objet de vos rêves (vous ne saviez même pas que vous en avez envie!), il vous coute une misère et une petite farce (mettre de la boue sur les draps fraichement lavé d'une voisine un peu trop colèrique). Qu'est ce qu'une petite farce face à cet objet qui vous apporte tellement de bonheur? Pas grand chose vous répondrons les habitants de Castle Rock. On pourrait penser que ces derniers seraient méfiants après toutes les horreurs qui leur est arrivés mais non. Ce roman fait suite à Dead zone, La part des ténèbres et Cujo. Pas besoin de les avoir lu pour comprendre Castle Rock (mais bon ça vous spoile quand même la fin des livres). Bazaar c'est tout simplement la manipulation à l'état pur. Avec Stephen King on devrait être habituer à voir la misère et la détresse humaine mais la vérité c'est qu'on ne peut jamais vraiment imaginer tout ce qu'il est possible de faire. Ce roman est aussi une critique de notre société de consommation où il nous faut absolument tout et tout de suite. Une société où les objets ont plus d'importance que les vies humaines qui peuvent être briser pour notre bonheur. Comme le dit Stephen King dans le roman : "Tout le monde est ravi d’avoir quelque chose pour rien… même si ça vous coûte tout."

Ce livre se dévore presque d'une traite. Il peut sembler répétitif : un client entre, achète son objet et fait sa farce. Mais on ne cesse de se poser la question : quelles vont être les conséquences de cette blague? Jusqu'où ce cher Leland Gaunt va t'il aller? Qui est il? Mais la vrai question est plutôt : qu'est-il? Un homme? Le diable? Un démon?

Il y a tellement de personnages que c'est peine perdue de tous les évoquer. On parle de manipuler une ville entière. Du coup il est parfois difficile de se souvenir de qui est qui et notamment qui fait la blague à qui. Mention spéciale pour le shérif : seule personne "normale" dans cette ville de fou. Il faut bien que l'on puisse s'identifier à quelqu'un. Il est d'ailleurs difficile d'évoquer les personnages tant leur histoire et leur personnalité sont l'essence même du livre. J'ai sauté quelques paragraphes qui concernait la querelle religieuse qui tourne au fanatisme car il m'ennuyait un peu mais sinon j'exagère à peine en disant que tout est intéressant. 

 

"On ne peut croire en Dieu sans croire au diable. "

Le pour

  • La manipulation
  • L'écriture
  • Castle Rock

 

Le contre

  • Peut sembler un peu long parfois

 

Pour conclure,

C'est sans conteste l'un de mes Stephen King préféré que ce soit le roman ou l'adaptation. Ne vous laissez pas impressionner par le nombre de pages. Elles ont toutes leurs importances. Et si ce pavé vous fait peur n'hésitez pas à voir l'adaptation qui est très bien faite (le titre français est Le bazaar de l'épouvante).  Un roman qui se présente comme la dernière partie de la ville de Castle Rock même si le maître a remis sa ville au goût du jour dans quelques romans. 

 

Ma noteCoeuror 1Coeuror 1Coeuror 1Coeuror 1Coeuror 1

Let's go pour une prochaine lecture!

Ajouter un commentaire