Prudence

Couverture Le protocole de la crème anglaise, tome 1 : Prudence

Titre : Prudence

Titre VO : The custard protocol, book 1: Prudence

Saga : Le protocole de la crème anglaise

Tome : 1

Auteur: Gail Carriger

Traducteur:  Sylvie Denis

Editeur: Le livre de poche

Collection : Fantastique

ISBN : 9782253083061

Pages : 544

Type: Fantastique

Genre: Bit-lit

Date de publication française : 26 octobre 2016

Date de publication original : 17 mars 2015

Commercialisation: disponible

Prix : 8.90 euros

Résumé : Au nom de la reine, de l’Angleterre et de la parfaite théière.
Quand Prudence Alessandra Maccon Akeldama – surnommée Rue dans l’intimité – hérite d’un dirigeable, elle fait ce que ferait n’importe quelle jeune femme dans des circonstances similaires, elle le baptise : La Coccinelle à la crème. Et elle s’envole pour l’Inde. Là-bas, elle tombe au beau milieu d’un complot mené par des dissidents locaux, du kidnapping d’une femme de brigadier et d’une famille de loups-garous écossais qu’elle ne connaît, hélas, que trop bien. Devant tous ces dangers, Rue devra s’en remettre à sa bonne éducation et, bien sûr, à ses aptitudes surnaturelles pour s’en sortir...

Avis : Il est difficile de parler de ce livre tant il est riche. Rue est fille de loup-garou et d’une paranaturelle mais élevé par un vampire. Déjà les bases du « pas commun » sont posées mais après il faut savoir que son loup-garou de père est surnommé Papatte, que son vampire l’appelle choupinette et que Rue a pour capacité de piquer le pouvoir des autres. La frontière est mince entre le ridicule et le sérieux. Ce livre est précisément pile sur la frontière. Par certains côtés on est dans du fantastique sur fond d’Angleterre victorienne à la Orgueil et Préjugé. Sur d’autres aspects l’absurde prime et on se demande à quoi l’auteure a pensé en écrivant un univers où on appelle un dirigeable La coccinelle à la crème. D’ailleurs ce dernier aurait été plus judicieux comme choix de titre que Le protocole de la crème anglaise. Après tout pratiquement toute l’histoire se passe à bord de ce dirigeable. Cela aurait été plus logique. Au début on a tendance à se perdre dans les divers personnages. La famille de Rue est assez compliquée et il faudrait presque un schéma en début de livre pour comprendre. Mais très vite l’action prend le pas et chaque personnage a ses caractéristiques propres. Le personnage de M. Lefoux est très « français », enfin le français vu par les anglais à savoir dragueur mais romantique aussi. Ce qui est très appréciable dans ce livre c’est son côté bit-lit mais sans la romance. Les livres de bit-lit vont généralement très vite en ce qui concerne les histoires d’amour. Ici ce n’est pas le but. On est vraiment dans un univers victorien à la sauce steampunk et à l’humour anglais. Un très bon livre qui se lit très facilement. On passe un bon moment malgré le fait que le personnage de Rue peut être agaçant par certains moments. De même que Primrose sort tout droit d’un roman de Jane Austen. Si vous aimez ce genre d'univers vous adorerez ce livre.

Extrait On ne pouvait pas reprocher aux gens de ne pas apprécier les vampires. Ils ressemblaient aux choux de Bruxelles : tout le monde ne les aimait pas et il était impossible de les améliorer avec des épices.

Récompense

Du même auteur : Le pensionnat de mlle Géraldine, Le protectorat de l'ombrelle

Dans le même genre

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×