King Kong

Couverture King Kong

Titre : King Kong

Titre VO : King Kong

Auteur:  Delos W. Lovelace à partir du scénario de Edgar Wallace et Merian C. Cooper

Traducteur:  Robert Latour

Editeur: Albin Michel

Collection : ?

ISBN : 2226004025

Pages : 220

Type: Fantastique

Genre: Monstres

Date de publication française : 10 novembre 1976

Date de publication original : 1932

Commercialisation: indisponible

Prix : ?

Résumé : Une île de cauchemar perdue au milieu des mers, peuplée d'animaux énormes et féroces, survivants fantastiques de la préhistoire : c'est là que débarque l'équipe de l'intrépide Denham, cinéaste prêt à tout pour impressionner les foules.
C'est là surtout que vit le plus surprenant héros que l'on puisse filmer. Kong, le gigantesque dieu-monstre auquel les indigènes offrent comme épouses leurs vierges terrorisées ! Mais en voyant parmi les étrangers venus sur leur île une femme blanche à la longue chevelure de soie blonde, leur sorcier, émerveillé, décide de faire présent de cette «femme en or» au dieu redouté. Et Anne, la douce et jeune actrice engagée par Denham, est enlevée par les guerriers de la tribu et livrée à Kong...
En 1933, Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack créent l'événement avec leur film King Kong. Un an avant le tournage, D.W. Lovelace écrivit le roman que voici sur la base du scénario du film signé Cooper, Edgar Wallace et Ruth Rose, la femme de Schoedsack.

Avis :  Malgré ce que dit la quatrième de couverture ce n’est pas le roman qui a inspiré le film mais le roman qui est une novélisation du film. Le livre est sorti 3 mois avant la sortie officielle du film en 1933. Il fut d’abord publié sous forme d’épisodes dans Mystery Magazine. De ce fait le livre est basé sur un scénario différent de celui du long-métrage. Le montage final du film n’ayant pas encore été décidé au moment de la parution du roman, des scènes prévues dans le scénario figurent bien dans l’adaptation de Lovelace : le combat de Kong contre trois tricératops, la scène des araignées et insectes géants au fond du ravin, le cuisinier s’appelait Lumpy et non Charlie, le bateau « The Wanderer » à la place du « Venture ».

Passons maintenant au roman. L’écriture sans être exceptionnelle n’est pas déplaisante et, pour une novélisation, serait même de qualité. Mais l’histoire traîne en longueur. La description des dinosaures est très mauvaise. Les personnages sont pour certains assez creux. La fin est trop rapide. L’épisode de New York tient en 10 pages. C’est vrai que c’est assez rapide dans le film mais quelques pages en plus n’auraient pas été de trop. C’est un livre intéressant quand on est fan de Kong mais sinon ce n’est pas la peine.

Extrait Ce ne sont pas les aviateurs qui l'ont eue, réplique Denham lentement. [...] C'est la Belle qui a tué la bête.

Récompense : non

Du même auteur : 

Dans le même genre

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×