Mange tes morts

Couverture Mange tes morts

Titre : Mange tes morts

Titre VO : 

Auteur: Jack Heath 

Traducteur: Claire Bonnot

Editeur: Super 8

ISBN : 9782370561053

Pages : 400

Date de publication française : 22 Mars 2018

Résumé :  Cameron Hall, 14 ans. Disparu en rentrant de l’école ; rançon exigée. L’horloge tourne, la police est impuissante : c’est une mission pour Timothy Blake. Timothy (nom de code « le pendu ») a un don. Il lit dans l’esprit des gens. Comprend tout avant tout le monde. Résout les énigmes les plus ardues. Le genre à s’ennuyer avec un Rubik’s Cube ou à connaître votre numéro de sécurité sociale par cœur. Mais Timothy a aussi un problème. Pas le fait d’être pauvre, non. Pas le fait d’être affublé d’un coturne toxicomane et parano prénommé Johnson. Un vrai problème, un problème, disons, comportemental. Qui fait que même le FBI répugne à travailler avec lui. Une vie sauvée, une récompense : ainsi fonctionne Timothy. Mais cette fois, et malgré l’appui de l’agent spécial Reese Thistle, il se pourrait que notre sympathique génie psychopathe ait trouvé à qui parler.

"- Nous cherchons donc quelqu'un avec une imagination violente mais peu de suite dans les idées.
Thistle avale une bouchée de muffin.
- On devrait peut-être interroger Tarantino."

Tout d’abord je remercie les éditions Super 8 ainsi que Netgalley pour m’avoir permis de découvrir ce livre en version numérique.

Ce qui m’a poussée vers ce livre c’est son titre : "Mange tes morts". En ce moment j’essaie un nouveau genre de littérature d’horreur que je n’avais pas encore abordé à savoir le cannibalisme. Je me suis donc jetée sur ce livre et sans mauvais jeu de mots je l’ai dévoré. J’ai rarement été déçue par les thrillers des éditions Super 8 et ça s’est encore vérifié ici. Mon seul regret est de ne pas avoir eu le livre physiquement. Je l’ai tellement adoré que je vais sûrement me l’acheter rien que pour l’avoir dans ma bibliothèque et le relire sur papier.

Mais pourquoi est-ce que je l’aime autant? Parce que!

L’histoire nous mène au centre des enquêtes du FBI avec un consultant, Timothy Blake, peu commun. Lorsqu'il résout une enquête, on le paye en condamné à mort. On les paralyse au lieu de les tuer et notre "héros" les ramène chez lui pour son petit repas du soir. Totalement novateur, une excellente idée. Heureusement l’auteur ne laisse pas sans informations. Au fil des chapitres nous avons des flash-back de l’enfance de Timothy. Comment est-il devenu cannibale? À quel moment il s’est dit : tiens je goûterai bien cette personne? Et j’ai beaucoup apprécié ces informations-là. L’auteur ne nous laisse pas dans le flou avec le postulat que Timothy mange des gens, point barre. C’est qui est frappant avec ce personnage c’est son humour. Il est prononcé, pince-sans-rire et j’adore ça. Cela va totalement avec ce type d’histoire. Revenons justement à l’histoire. Elle parait simple au premier abord : un kidnapping d’un adolescent, une rançon, on dit à la mère de ne pas prévenir la police, mais elle le fait quand même. Classique, mais toujours efficace. Ici l’auteur a réussi à nous surprendre avec une histoire inattendue. On a plusieurs climax (peut-on utiliser ce terme pour un roman?) ce qui est vraiment surprenant. Généralement pour ce genre de livre on s’en tient à deux : une fausse piste et enfin la vérité. Là c’est totalement différent. Mais je n’en dis pas plus.  Les personnages secondaires sont très bien traités. Si Thistle nous semble au premier abord totalement antipathique, cela évolue bien. Je me suis même demandé à un moment si l’auteur n’avait pas tout simplement changé d’avis sur le personnage sans pour autant changer les premiers chapitres. Le cannibalisme n’est pas traité de façon gore. Vous n’allez pas trouver ici de grandes descriptions sur le bruit que fait un homme quand il mange une jambe. On est plus dans le ressenti de Timothy : la faim puis la honte.  

J’ai fait des recherches sur l’auteur une fois le livre terminé. Je voulais en lire d’autres de lui. Quelle ne fut pas ma surprise de voir qu’il n’a écrit que des livres pour enfant! Bon des livres qui font peur, certes, mais des livres pour enfants (jeune ado). Mais il a écrit pas mal de nouvelles d’horreur en anglais. Espérons qu’il écrira d’autres polars et qu’ils seront traduits. Son style d’écriture est très prenant. On se met vraiment à la place du personnage et on le suit avec passion.

" Johnson prenait de la drogue par intraveineuse, et il devait avoir une vie sexuelle débridée. Il avait probablement chopé tout un tas de saloperies. Y penser me rend malade. Je n'aurais pas dû manger sa chair crue ; je n'ai pas pu m'en empêcher. "

 

Le pour

  • Les énigmes en début de chapitre
  • Le personnage de Timothy
  • Le cannibalisme bien traité
  • L'humour

 

Le contre

  • La fin est un peu trop prévisible

 

Pour conclure,

Vous l’aurez compris j’ai eu un vrai coup de coeur pour ce thriller qui traite de cannibalisme avec humour et sans tomber dans le gore. Un grand bravo à l’auteur. Même si c’est peu probable j’aimerais beaucoup retrouver le personnage de Timothy Blake dans une autre aventure.

"Chapitre 19 - Mon fabricant ne m'a jamais utilisé. Mon acheteur ne m'utiliserais pas. Quand tu m'utiliseras, tu ne me verras pas, tu ne me sentiras pas, tu ne m'entendras pas. Qui suis je?"

 

Let's go pour une prochaine lecture!

Ajouter un commentaire