La machine à brouillard

Couverture La Machine à brouillard

 

Titre : La machine à brouillard

Auteur: Tito Desforges

Editeur: Taurnada

ISBN : 9782372580687

Pages : 224

Date de publication française : 13 février 2020

Résumé :  Mac Murphy est un soldat d'élite. Mac Murphy est fort. Mac Murphy est dur. Mac Murphy est fou. Mac Murphy trimbale dans sa tête une épouvantable machine à brouillard qui engloutit ses souvenirs, sa raison et l'essentiel de son âme, morceau après morceau.
Quand les habitants de Grosvenore-Mine, ce village perdu dans les profondeurs de l'Australie, se hasardent à enlever la fille de Mac Murphy, ils ne savent pas à quel point c'est une mauvaise idée.
Une époustouflante plongée dans l'amour d'un père pour sa fille et dans les tréfonds de la démence d'un homme. Inlâchable. Attention : cauchemar.

 

Début du livre :"Docteur Zimmers : Monsieur Forman...

Le patient : Mac Murphy. Mon nom est Mac Murphy. Merde! combien de fois..."

 

Tout d’abord je remercie les éditions Taurnada pour m’avoir permis de découvrir ce livre.

Qu'est ce que la machine à brouillard ? C'est le nom que le héros donne à sa maladie qui est dégénérescence mentale, une sénilité précoce. 

Si je devais résumer ce roman en un mot, ce serait Taken. Vous avez peut être vu ce film où Liam Neeson, ancien agent secret, assiste par téléphone à l’enlèvement de sa fille et fait tout pour la retrouver avant que le pire ne se produise. Et bien nous sommes exactement dans ce genre de scénario, à un détail près : notre héros est fou. Ce roman nous amène aux portes de la folie, dans l’esprit d’un homme qui a tout perdu sauf sa fille. Enlevez à un homme sa raison de vivre et vous n’aurez plus qu’un fou furieux qui tuera quiconque se mettra en travers de sa route.

Ce roman est d’une rare violence. J’ai adoré ça. Enfin un thriller qui n’a pas peur d’aller au bout des choses et de montrer la violence telle qu’elle est : une horreur. Certaines scènes restent en tête et sont écrites d’une telle façon qu’on les visualise immédiatement. Mais, au delà de cette violence, ce roman est le cri d'amour d'un père pour sa fille. Un père qui a peur pour sa fille. Un père qui l'aime à en devenir fou.

Le découpage du roman est assez confus. On n’a pas vraiment de marqueur de séparation entre le passé et le présent. C’est déroutant mais cela permet de nous plonger encore plus dans la folie du personnage. On ne sait pas si on doit le plaindre, le soutenir ou juste prier pour que quelqu’un l’arrête. C’est une course contre la montre au rythme effréné où l’auteur nous accorde des micros pauses en confrontant le héros avec son médecin.

J'ai, malheureusement, deviné la fin assez vite et ça a un peu gâché ma lecture. C’est dommage mais je ne pouvais imager une autre clôture à cette histoire. Et il y a cette petite subtilité qui m'a beaucoup plu.

 

"La folie est un abîme et qui y plonge n'en voit jamais le fond"

Le pour

  • Histoire inhabituel (à ma connaissance)
  • La violence

  • Les TOC du héros

  • Les petites notes d'humour

Le contre

  • Fin prévisible
  • Séparation entre les chapitres un peu confuse

 

Pour conclure,

Sans être un coup de cœur, ce roman a été très plaisant à lire. De la violence, de la folie, que demander de plus? De mémoire, j’ai vu peu de livres dans ce style alors si vous avez des titres à me conseiller je suis preneuse.

Ma note : 3.5/5

 

Let's go pour une prochaine lecture!

Ajouter un commentaire

 
×