Et pour le pire

Couverture Et pour le pire

Titre : Et pour le pire

Auteur: Noël Boudou

Editeur: Taurnada

ISBN : 9782372580847

Pages : 256

Date de publication française : 13 mai 2021 

Résumé :  Bénédicte et Vincent auraient pu vieillir paisiblement ensemble. Malheureusement, le destin en a décidé autrement, il y a vingt ans…
Vingt ans. Vingt ans à attendre… à attendre que les assassins de sa femme sortent de prison.
Depuis vingt ans, Vincent Dolt n'a qu'une seule idée en tête : venger sa douce Bénédicte…
Depuis vingt ans, seule la haine le maintient en vie.
Mais une vengeance n'est jamais simple, surtout à 86 ans.
Il a vécu le meilleur, il se prépare au pire…

Du même auteur : Benzos, Elijah

Début du livre :"Quand j'étais gamin, mon père avait pour habitude de poser ses pouces sur mes yeux pour m'aider à m'emdormir. Il n'appuyait pas, c'était un homme bon et doux, Un père aimant. Les yeux fermés de cette façon, je finissais toujours par sombrer dans un sommeil profond. C'était il y a longtemps, depuis j'ai oublié la plupart des souvenirs remontant à cette époque. Mais celui-ci restera gravé dans ma mémoire jusqu'à la fin, ma fin. Jusqu'à ma mort."

 

Je remercie les éditions Taurnada pour m'avoir permis de découvrir ce roman. 

Notre histoire est celle d’un crime odieux et d’une vie de tristesse. 20 ans à attendre que les meurtriers (tortionnaires) de sa femme sortent de prison, ça peut paraître long mais pas pour Vincent. Il prépare sa vengeance et compte bien la mettre à exécution même si pour cela il doit entrainer la charmante famille installée à côté de chez lui. L’auteur nous place du point de vue de Vincent. Et c’est triste. On comprend, on souhaite sa vengeance, on vit sa tristesse et sa colère. 

Le suspens est là et ce livre peut se lire d’un coup (ce que j’ai fait). Il est très addictif. On veut savoir la fin. Certains passages sont un peu tirés par les cheveux. Je pense notamment au personnage de Bao. Le délire avec sa grande carrure va un peu trop loin. Un des gros reproches que j’ai à faire est ce rappel régulier des sévices qu’a subis Bénédicte. À part nous dégoûter et nous casser dans notre lecture ce n’est pas très inutile. Le gore est présent. Si vous voulez du sang, vous en aurez. C’est normal. C’est un thriller. Mais quand ça concerne le passé, ce n’est plus la peine. 

Un des personnages que j’ai beaucoup aimé est France. Elle dirige sa famille d’une main de fer et son couple est solide. En les fréquentant, Vincent renoue avec quelque chose qu’il avait perdu : l’espoir, la joie. Grâce à ça, l’auteur nous fait passer par plusieurs phases : le dégoût, les larmes, la joie, le rire, l’espoir, l’amour. Tant de sentiments dans un seul roman. 

C’est le genre de roman qui nous passionne mais je ne saurais pas dire si je l’ai aimé ou pas. Il faut dire qu’il n’est pas vraiment crédible. Certains passages me faisaient lever les yeux au ciel mais on n’est pas là pour ça. On est là pour assister à une vengeance qu’elle soit crédible ou pas.

 

"Il n'a pas souvent plu ces derniers temps, j'imagine à quel point il a dû être difficile de creuser un trou, mais bon c'est Bao qui a fait ce trou. Il aurait pu creuser un trou dans le bitume avec une fourchette si l'idée lui avait traversé l'esprit."

 

Le pour

  • Addictif
  • Personnages attachants

Le contre

  • Trop de rappels du calvaire de Benedicte
  •  Parfois un peu tiré par les cheveux

 

Pour conclure,

C’est un roman dur et fort. Une histoire de vengeance comme on en voit peu (surtout quand il s’agit d’un vieil homme de 86 ans). Des personnages hauts en couleur et une histoire qui nous tient en haleine. Un roman que je suis contente d’avoir lu mais que je ne relirais pas.  Mention spéciale pour la couverture que je trouve très belle.

Ma note : Coeur 1Coeur 1Coeur 1Coeur 1Coeurgris 1

Let's go pour une prochaine lecture!

Ajouter un commentaire