Les vampires dans la littérature

1 luisroyofantasy 14

Je souhaiterais ici faire un récaptitulatif des livres sur les vampires pour montrer l'évolution du mythe. 

ARTICLE EN COURS DE CONSTRUCTION

 

  • La fiancée de Corinthe – Goethe – 1797

 

  • La morte amoureuse – Théophile Gautier – 1836

Un prêtre qui vient de se faire ordonner tombe amoureux d’une jeune vampire, Clarimonde. Elle lui voue un amour féroce et jaloux. Le jeune prêtre ne sait plus s’il est prêtre ou riche seigneur. Mais cela ne le gêne pas jusqu’à ce que Clarimonde demande à boire son sang pour survivre. Dans cette histoire nous avons un vampire au sens propre du terme, qui se nourrit de sang et qui tient les hommes par des faveurs sexuelles. Elle incarne le diable. La vampire est associée à toutes les dépravations sexuelles qui resteront comme la caractéristique principale des vampires pendant longtemps.

Extrait : « Si tu veux être à moi, je te ferai plus heureux que Dieu lui-même dans son paradis ; les anges te jalouseront. Déchire ce funèbre linceul où tu vas t’envelopper ; je suis la beauté, je suis la jeunesse, je suis la vie ; viens à moi, nous serons l’amour. Que pourrait t’offrir Jéhovah pour compensation ? Notre existence coulera comme un rêve et ne sera qu’un baiser éternel. »

  • Carmilla – Sheridan Le Fanu – 1872

 

  • Je suis une légende – Richard Matheson – 1954

Extrait : « Il fit un pas en arrière et une pensée étrange surgit dans son cerveau : « à présent, c’est moi le monstre… ». Le concept de normalité n’avait jamais de sens qu’aux yeux d’une majorité, après tout… »

  • Les confessions de Dracula – Fred Saberhagen – 1975

Extrait : « Même dans les forteresses reculées où je passe le plus clair de mon temps, j’ai entendu parler du nouvel esprit de tolérance qui se répand à la surface de la Terre en ces dernières décennies du XXe siècle. Je vais donc essayer à nouveau. »

  • Chimère (The Demoness) -  Tanith Lee – 1976

Un chevalier vient tuer la dame blanche qui a tué son frère. Il couche avec elle et s’enfuit. La femme le poursuit pendant des années. Elle pense qu’il est le seul homme qui l’a vraiment aimé. Ici il s’agit d’un succube plutôt que d’un vampire même si le terme est utilisé dans la traduction. La vampire ne se nourrit pas de sang mais de l’énergie vitale de l’homme.

Extrait : « Ainsi ce qu’ils disaient de toi est vrai, dame blanche. Avec tes yeux et ton ventre, tu dévores l’intelligence et le cerveau des hommes. Oui, je les ai sentis attaqués, aspirés, et j’ai failli être aussi vide que l’os quand le loup en a tiré la moelle. »

  • Entretien avec un vampire – Anne Rice – 1976

 

  • Un vampire ordinaire – Suzy McKee – 1980

Extrait : « Il n’est pas dans la nature des prédateurs de s’abandonner au genre de rêverie romantique que leur attribuent les humains. Notre vampire n’aurait pas le temps d’avoir des états d’âme. A chaque réveil il a plus de choses à apprendre. »

 

  • Sabella ou la pierre de sang – Tanith Lee - 1980

 

  • Journal d’Edwin Underhill – Peter Tonkin – 1981

Extrait : « J’étais la lèpre et j’infestais celle qu’entre toutes j’aimais afin de n’être plus seul dans ma damnation obscène ».

Ici il ne s’agit pas de vampires mais de « gens de la nuit ». Ils craignent le soleil mais ne meurent pas instantanément. Ils ne peuvent transformer les humains. On est vampire de naissance. Le vampire vient au monde naturellement en tuant sa génitrice. Ce sont les enfants de Cains qui auraient évolués dans la nuit. Ils attendent l’arrivée du Maitre du Sang qui les conduira à leur ancienne cité perdue. Tout le livre est basé sur le combat entre deux Maitres de Sang : Damon Julian, très vieux vampire qui n'a plus l'envie de vivre, et Joshua York qui veut guérir les vampires et pouvoir vivre en harmonie avec les humains.

Extrait : « Je n’ai pas de mot universel pour me définir. En notre langue actuelle, vous autres pouvez m’appeler vampire, loup-garou, sorcier, nécromant, lycanthrope, goule, lamie. D’autres langues emploient d’autres mots : Nosferatu, odoroten, upir…Tant de noms pour ces pauvres créatures dont je suis. Je ne les aime pas. Je ne suis rien de tout cela. Et pourtant je n’ai rien à proposer à leur place. Nous n’avons pas de terme pour nous désigner. »

 

  • Vampire junction – S.P. Somtow - 1984

Extrait : «  Je suis en un sens un archétype, voyez vous ? Je n’ai pas d’âme. Je suis uniquement animé par vos peurs, vos terreurs intimes. C’est cela qui engendre la terrible solitude qui est la mienne. Je suis un vampire. »

  • Lestat le vampire – Anne Rice – 1985

 

  • La reine des damnés – Anne Rice – 1988

 

  • Le voleur de corps – Anne Rice – 1992

 

  • Ames perdues – Poppy Z. Brite – 1992

 

  • Rouge flamenco – Jeanne Faivre d’Arcier – 1993

 

 

×